Une norme pour sécuriser les opérations de maintenance

- il y a 6 mois

La prévention des risques professionnels, lors des interventions de maintenance sur une installation ou une machine, repose essentiellement sur la maîtrise des énergies mises en œuvre. Pour l’énergie électrique, les mesures de prévention contenues dans la norme NF C18-510 permettent d’intervenir en sécurité vis-à-vis du risque électrique. La nouvelle norme NF X 60-400*, publiée en décembre 2017 vient cadrer les processus de mise en sécurité pour faire face aux risques liés aux autres énergies.

Les dispositions de la nouvelle norme

S'appuyant sur des principes définis dans la norme NF C18 510, ou dans d’autres documents internationaux (LOTO**), la norme NF X60-400 définit un ensemble de prescriptions, 
qui visent :

·       à maîtriser toutes les sources d’énergie avant une intervention et à assurer un environnement sécurisé pour les intervenants.

·       à garantir le fait  que les énergies ne puissent pas être remises en œuvre accidentellement par un intervenant durant son travail et qu’il ne puisse pas être exposé à des ambiances de travail dangereuses

Selon la nature des travaux, des biens et de l’analyse des risques associés, la mise en sécurité des intervenants repose, selon les énergies, sur la mise en œuvre individuelle ou la combinaison de plusieurs  processus :

·       isolation renforcée par la consignation,

·       isolation simple par la condamnation, 

·       maîtrise des énergies par les circuits de commande, 

·       dispositions spécifiques aux opérations devant  s'effectuer en présence des énergies. 

 

La norme NF X60-400 permet de clarifier ces terminologies et de proposer des logiques de décision relatives à la sélection des processus. 

 

La démarche pour les entreprises, les acteurs et les intervenants :

Les entreprises doivent donc :

·       mettre en œuvre une procédure d'organisation du site pour la mise en sécurité des énergies et fluides. Cette procédure définit les acteurs, les missions, les limites et le déroulement d'une mise en sécurité, et intègre tous les fluides et énergies.

·       formaliser une analyse de risques avant la mise en sécurité ou pendant les phases d'essai.

·       mettre en place de moyens d'identification des organes de mise en sécurité et des fiches de mise en sécurité par machine.

·       définir des règles de cadenassage afin que chaque intervenant puisse bloquer le processus de mise en sécurité.

·       former le personnel à l'analyse de risques et à l'application des bonnes pratiques.

 

En fonction de l'analyse de risques de l'opération, les acteurs et intervenants font le choix d’un processus de mise en sécurité. Il leur appartient également de tracer les modes opératoires et d’appliquer le cadenassage.

    

Pourquoi choisir Apave ?

Apave a collaboré avec l’AFIM pour la rédaction de la nouvelle norme et peut accompagner ses clients en déroulant un processus adapté à chaque organisation, en lien avec les principes de la norme et les préconisations de l’INRS.

 

Apave propose une gamme de prestations très complète : 

-        Audit de l’organisation (l’organisation demeure la cause majeure des sinistres)

-        Accompagnement à la rédaction et à la mise en place des procédures et modes opératoires

-        Formation-action

-        Diagnostic d’équipements et d’installations

-        Evaluation et pérennisation du processus

 


(*) Norme NF X 60-400  « Mise en sécurité des intervenants lors des opérations de maintenance : Processus de maîtrise des énergies »

 

(**) LOTO :  Lock Out Tag Out

 

Nous contacter
Partager