L'Apave forme aux risques liés à l'amiante

Ouest France.fr Ouest France.fr - il y a 10 mois

La société spécialisée dans la prévention des risques ajoute une corde à son arc en ouvrant une formation consacrée à l'amiante. Elle se dote aussi d'un nouveau centre de formation. Pourquoi ? Comment ?

Quel est le rôle et quelles sont les missions de la société Apave ?
Pour ceux qui n'ont aucune idée de ce qu'est cette société, on s'en tiendra à la définition officielle : « L'Apave répond aux missions d'accompagnement des entreprises et des collectivités dans les domaines de maîtrise des risques techniques, humains et environnementaux. A travers des prestations d'inspection, essais et mesures diverses, ainsi que formations et conseil. Le but est d'augmenter la sécurité des hommes et des biens, protéger l'environnement et d'optimiser la performance des organisations. »
La seule agence de Vendée se trouve à La Roche-sur-Yon, elle emploie environ 40 salariés. La Roche dépend de l'Apave nord-ouest qui regroupe 35 agences sur quatre secteurs : Nord, Normandie, Bretagne Maine et Centre Ouest.

La maîtrise des risques, mais pour quels métiers ?
« C'est d'abord de l'inspection », résume Patrick Billaud, le responsable de l'agence de La Roche. «Nous contrôlons par exemple les installations électriques, les équipements sous pression, les équipements mécaniques... » Ces missions représentaient 50 % de l'activité de l'Apave en 2011.
Autre métier : le bâtiment. Si le contrôle technique de construction reste l'activité dominante, la société multiplie des missions de conseil et d'aide à la décision auprès des maîtres d'ouvrage. L'Apave est aussi un organisme de formation d'essais et de mesures et de conseil. «Pour nous l'objectif, c'est d'assurer au maître d'ouvrage un outil de production fiable, répondant à toutes les normes de sécurité pour son personnel. »

Pourquoi doter l'agence de La Roche d'un centre de formation aux risques liés à l'amiante ?
« De l'amiante, il y en a partout », commente Gaëlle Plessis, formatrice. Le diagnostic amiante est obligatoire si le permis de construire d'un bâtiment est antérieur à 1997. La formation concerne les entreprises effectuant toute opération susceptible de libérer des fibres d'amiante.
Il s'agit du carreleur qui refait une salle de bains, du plâtrier qui intervient sur un mur, de l'électricien, du plombier. On trouve même de l'amiante dans le bitume. Mais si on sait éviter la dispersion des fibres dans l'atmosphère, on ne risque rien. Encore faut-il le faire correctement, en prenant toutes les précautions nécessaires. Ça s'apprend. Gaëlle rappelle que l'asbestose, la maladie de l'amiante, est reconnue comme la première maladie professionnelle par le ministère de la Santé.

Quels moyens avez-vous mis en place pour cette formation ?
Il y a plusieurs niveaux d'intervention. Le niveau 1 est le plus difficile, c'est celui qui suppose d'intervenir en milieu ouvert. « Nous mettons les stagiaires en conditions réelles d'intervention. Les petites entreprises, ne peuvent pas économiquement se doter du matériel que nous proposons comme les extracteurs d'air, les douches, les combinaisons, les masques, nécessaires sur un gros chantier. Mais nous avons d'autres solutions. Précision, c'est au chef d'entreprise de déclencher la formation, qui dure cinq jours pour le coordinateur du chantier et deux jours seulement pour les intervenants directs ».

Légende photo :
À gauche : Gaëlle Plessis montre un des extracteurs d'air qui permet de travailler en milieu confiné. À droite : un mannequin habillé de façon réglementaire pour intervenir en zone amiante.


Source : www.ouest-france.fr

Nous contacter
Partager