Marché de Rungis: les installations électriques passées au crible

- il y a 6 mois

Réaliser l’intégralité des vérifications électriques réglementaires du marché international de Rungis, c’est le défi relevé par une équipe dédiée d’Apave. Apave Mag s’est rendu sur place à leur rencontre.

Le froid est mordant en ce mardi matin. Il est 4 heures, les équipes d’Apave sont à pied d’œuvre au marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, à Chevilly-La Rue (Val-de-Marne). Véritable ville dans la ville, c’est le plus grand marché de gros de produits frais au monde: poissons, viandes, fromages, fleurs, fruits et légumes… Les allées des pavillons sont en pleine effervescence. Assaillis par les odeurs, les couleurs et les bruits, on assiste à l’étonnant ballet des caristes réglé au millimètre. Semmaris, société d’économie mixte, est chargée de faire vivre et d’aménager le marché de Rungis. Cela concerne pas moins de 140 bâtiments répartis sur 1 million de mètres carrés construits.  Pour la sécurité électrique des parties communes et privatives du MIN, Semmaris a fait appel à Apave. «C’est un enjeu de sécurité majeur. Le risque incendie est présent ici comme dans tout site industriel », précise Vincent Frachon, chef du service réseaux et fluides à Semmaris. «Nous réalisons la vérification annuelle réglementaire des installations électriques (état de conservation des éclairages, prises, tableaux électriques, etc.), des vérifications initiales réglementaires (conformité) ainsi que des contrôles ponctuels par thermographie infrarouge à la demande du client», souligne Pierre-Yves Levesque, responsable unité inspection d’Apave.

98 % des surfaces à contrôler

Semmaris fait confiance au Groupe depuis vingt ans. «Apave a été retenue pour ses efforts économiques bien sûr, mais surtout pour la qualité de sa prestation», confie Vincent Frachon. «Nous nous sommes engagés sur l’exhaustivité des vérifications à hauteur de 98 % des surfaces à contrôler. Sur le MIN de Rungis, il y a 1 200 clients, sans compter les services généraux. Nous délivrons entre 2 000 à 2 200 rapports par an», détaille Pierre-Yves Levesque. Dans le local technique de Rungis, Jacky Debelhoir, collaborateur d’Apave depuis 38 ans et pilote opérationnel des services généraux, inspecte les équipements électriques. «Le MIN de Rungis n’a plus de secret pour moi car j’y effectue les vérifications depuis le début. Je travaille en étroite collaboration avec les équipes de Semmaris. Notre bureau à Rungis a un avantage énorme pour le client : il est autonome. Je rédige, par exemple, moi-même des offres adaptées à ses demandes, cela permet une grande réactivité», souligne-t-il.

Au pavillon de la viande, Mathias Dominguez, pilote opérationnel d’Apave, saisit sur sa tablette le résultat de ses vérifications. «Dans ces établissements recevant des travailleurs (ERT), nous réalisons une analyse du risque électrique afin de mettre en place les mesures de prévention appropriées pour la protection des personnes et des biens», indique-t-il. Pour Semmaris, le Groupe a su relever le défi. «Les atouts d’Apave sont la proximité, la compréhension des équipes – du chargé d’affaires jusqu’au contrôleur – de ce que sont nos enjeux, notre activité au quotidien, et leur adaptabilité à nos contraintes car nous travaillons sur des horaires très particuliers. Tout est fait par Apave pour réaliser cette mission dans les meilleures conditions pour nos concessionnaires», conclut Vincent Frachon.

 

 

UN BUREAU AUTONOME ET DÉDIÉ

Sur le marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, une équipe dédiée d’Apave réalise l’intégralité des vérifications réglementaires des installations électriques afin de contribuer à la sécurité des personnes et des biens. Jacky Debelhoir, pilote opérationnel, s’occupe des services généraux, c’est-à-dire de toutes les parties communes des bâtiments. Mathias Dominguez, l’autre pilote opérationnel, est chargé des 1 200 clients installés sur le MIN de Rungis. Anthony Levy, responsable de groupe multimétier, intervient en support et en encadrement à l’équipe dédiée d’Apave, qui comprend également Roger Molina, venant en renfort pour les vérifications. «Nous avons mis en place un outil de reporting. Toutes les semaines, le pilote opérationnel travaille avec le client pour regarder les mouvements et mettre à jour notre base de vérifications. Un bureau sur place permet à l’équipe d’être réactive et de répondre rapidement au client», analyse Pierre-Yves Levesque.


Crédit photos : Olivier Panier des Touches

Nous contacter
Partager